Une maman dans le gym perfo

Elles portent la vie, elles sont radieuses et voient leur corps se transformer. De jeune fille à mère, les femmes vivent une expérience unique qui n’est pas sans laisser des séquelles sur leur anatomie bouleversée. À l’aube de donner naissance à son premier enfant, Maria Oyola, comme bien d’autres femmes avant elle, se demandait comment son corps allait retrouver ses formes d’antan. Nouvellement ouvert, le Centre Multisports apparut tel un phare dans la nuit aux yeux de la jeune maman : « Je n’ai jamais vraiment été motivé à aller au gym, raconte Maria Oyola, jusqu’à ce que je découvre les cours de groupe comme le Zumba et le tonus musculaire. J’ai commencé à aimer, ce n’était plus une obligation, c’est maintenant devenu une passion, c’est une récompense de pouvoir aller au gym ».

Plus loin, un circuit à la fois

Jeune, Maria carburait à plusieurs sports : soccer, tennis, gymnastique artistique et natation. À l’âge adulte, elle délaisse toutes ces activités et s’oublie un peu, le temps de fonder sa petite famille. Aujourd’hui, elle a deux jeunes garçons et une vie active marquée par les circuits organisés dans le gym perfo du Centre Multisports. Ces circuits consistent en autant de parcours visant à faire suer des participants à l’aide des différentes structures multifonctionnelles et des plateformes d’haltérophilie qu’on y retrouve. Cette salle d’entraînement de 7000 pi2 est, en outre, constamment supervisée par des kinésiologues et des intervenants plateaux formés. C’est là que Maria Oyola passe la grande partie de son temps quand elle va au Centre : « On se motive entre nous, on finit par tous se connaitre et on se fait de nouveaux amis, explique-t-elle au sujet de son acuité à l’entraînement. Étant donné que ce sont des cours où nous sommes 15, le prof a le temps de faire le tour, de nous corriger et de nous pousser à aller plus loin. »

Les hormones du bonheur

De ses premiers entraînements à ses plus récents, la femme de 32 ans admet que les changements les plus visibles sont ceux reliés à sa perte de poids : une trentaine de livres laissées aux abords de la surface de gazon synthétique du gym perfo qu’elle foule bien souvent sept jours semaine à raison d’une heure par jour. Mais la transformation la plus probante dépasse le cadre physique : « Mon conjoint est fier de moi parce qu’il voit que mentalement, ça me fait du bien, avoue-t-elle. Il voit la différence, il voit que j’en ai besoin ». La pratique régulière du sport, c’est bien connu, sécrète des hormones permettant au corps de vivre d’heureuses sensations, et ce, tout à fait gratuitement (sinon au prix d’un peu de sueur). Endorphine et dopamine sont, entre autres, responsables de cette sensation de bien-être et énergisante que l’on ressent après avoir couru, forcé, sauté ou poussé.

« Quand on a des enfants, on a besoin de ce moment-là, affirme-t-elle. C’est un moment à nous. Ça nous libère, ça nous donne beaucoup d’énergie. Je me sens plus en forme. Ça change notre vie. »

C’est d’ailleurs ce qui la pousse encore aujourd’hui, quelque quatre ans après avoir franchi les portes du Centre Multisports pour la première, à poursuivre inlassablement son entraînement. « Côté physique, j’ai atteint pas mal ce que je voulais, réfléchi la femme qui œuvre dans le milieu juridique. Mais mentalement, ça fait vraiment du bien. » Voilà… Il ne faut pas chercher ailleurs que dans un bonheur simple et un état de bien-être accessible et gratuit le pourquoi d’un conditionnement physique régulier et prolongé. Et ce, peu importe le statut parental, ou matrimonial!

Maria Oyola