Le buffet sportif

Demetrios Spyridakis et le Centre Multisports

Ses amis l’appellent Jim, il se présente aussi ainsi, mais porte en lui ses origines grecques sous le nom de Demetrios Spyridakis. Jeune, il skie et va au gym régulièrement, puis à l’aube de la trentaine perd toute inspiration à s’entrainer. S’en suit une décennie et une taille de 38 pouces avant que son frère l’initie au CrossFit qu’il pratique pendant six ans. « J’ai essayé un cours et j’ai tout de suite été mordu, explique l’homme, mais le premier cours a été difficile. Je ne savais pas comment gérer l’entrainement. » Réalisant que le Centre Mutisports tout près de chez lui offre les programmes qu’il suit, il franchit les portes du Centre, un début d’été, et butine toutes les activités proposées : yoga, gym perfo, cours de tonus musculaire, piste, haltères, clinique Axio, bref, un peu de tout, comme dans un buffet chinois. « La meilleure façon d’avoir du progrès dans le sport est d’avoir des mouvements constamment différents pour ne pas laisser notre corps s’habituer, croit-il. Cette philosophie l’a poussé à tenter différents cours de groupe, activités et entrainements dirigés, ce qui fait de lui un témoin privilégié des services offerts par le centre. « J’ai une approche globale, témoigne-t-il. Je préfère rester flexible dans mes activités. J’aime l’entrainement personnel, supervisé, les sports d’équipe, le snowboard et le yoga qui m’aide en termes de flexibilité et d’émotions. C’est très important d’être conscient de ce qui se passe à l’intérieur. »

N’ayez pas peur, peu importe votre condition physique. Juste de venir ici devrait suffire.

Se centrer pour mieux performer

Profitant d’une époque où l’accès à l’information, aux technologies et à une multitude de cours aide à mieux cerner nos besoins et préciser nos buts en matière de mise en forme, Demetrios Spyridakis explore et adopte ce qui est bon pour lui. Comme le yoga, justement, qu’il exerce depuis trois ans : « C’est une discipline que je n’appréciais pas, raconte-t-il. Le yoga nous donne une chance de nous centrer, de garder l’attention sur ce qui se passe dans notre corps, qui focus non seulement sur les émotions, mais aussi sur le plan physique. Il aide le corps à bouger, sans forcer. Trop souvent, les gens forcent trop et c’est ce qui les décourage. Mais il faut habituer son corps. » Trainant une vieille blessure à la hanche due, semble-t-il, à une levée de poids de trop il y a quelques années, l’homme profite aussi des services de la toute nouvelle clinique Axio qui, depuis le 1er août, offre un service d’évaluation en médecine sportive. Plus que jamais, il sait se faufiler dans le Centre pour en retirer le maximum de bénéfices. « Un bon coach sera capable de changer rapidement les entrainements pour s’adapter à notre condition », explique-t-il au sujet du personnel du Centre. Quant à ceux qui aimeraient, comme lui, trouver une voie vers la remise en forme, il y va sans détour d’un conseil simple : « N’ayez pas peur, peu importe votre condition physique. Juste de venir ici devrait suffire. Si tu ne peux pas lever 100 livres, tu en lèves 50. Si tu ne peux en lever 50, tu en lèves 10, 5, et c’est correct. Commencez quelque part, n’ayez pas peur de faire l’effort. Il faut au moins l’essayer, c’est la clé. Ce sera difficile, mais après quelques semaines, on s’y fait. » À ceux qui suivront ce conseil, sachez cependant qu’il faudra sans doute renouveler une partie de la garde-robe. Passer d’une taille de 38 à 32 pouces oblige davantage qu’un changement de ceinture. Mais, au-delà des vêtements, demeure la satisfaction d’avoir bougé avant que la vie n’en décide autrement. Demetrios Spyridakis, lui, a fait le choix de rester actif. Pour la longévité, pour la santé et pour finir par en parler!

Patrick Richard