Le mur d’escalade

Quelques mois après l’ouverture du Centre Multisports en octobre 2012, une poignée de curieux passionnés attendait fébrilement la pose des dernières prises sur le mur d’escalade dans la salle omnisports de 45 000 pieds carrés. Ce mur, inauguré au début de l’année 2013, allait offrir une expérience unique dans la région à tous ceux appelés par les sommets, les crêtes et les arêtes. Aujourd’hui, ce mur a le vécu d’un enfant et s’il pouvait parler, il aurait peut-être la voix d’un adolescent à la veille de muer. Les prochaines semaines verront en effet le mur se transformer, de façon à renouveler l’expérience de grimpe des habitués et initier une clientèle de jeunes de plus en plus nombreux à s’y frotter.

Un mur renouvelé

Guidés par une réflexion sur les services du Centre Multisports en général, et sur les forces et les faiblesses du mur en particulier, les responsables du Centre ont mis en place une stratégie afin de redonner vie au mur en renouvelant l’offre de service. Le but? Aller chercher les familles et quantifier le nombre de grimpeurs. « On a toujours en tête l’idée d’aller chercher les familles, explique Davidsen Jugnah, directeur de la programmation au Centre Multisports. Mais on veut surtout quantifier le nombre de membres qui viennent au mur, car à partir de là, on pourra le faire évoluer. » Cette évolution se fera en différentes étapes. En parallèle à l’abonnement qui a été revu et corrigé avec l’introduction notamment d’un tarif familial, l’arrivée d’un moniteur responsable assurera la présence d’un œil averti et expert sur le mur. « De plus en plus de monde fréquente le Centre et participe aux cours d’escalade, précise Isabelle Thibert coordonatrice multisports. Il est donc temps de faire quelque chose, et le moniteur responsable jouera un rôle prépondérant dans le renouveau du mur... Philippe Loignon occupera ce rôle. De nouveaux équipements vont aussi graduellement apparaître sur la façade du mur à commencer par un auto assureur. Cet objet fixé en permanence en haut du mur permet à tous de grimper librement sans avoir besoin d’une personne au sol pour assurer. Cela profite aux débutants comme aux experts, selon l’endroit où il est posé, et l’objet dessert de trois à quatre voies selon le rayon. D’autres auto assureurs prendront également place par la suite selon la fréquentation du mur par ses membres.

Quelle est ta voie?

Dans une deuxième phase, les voies seront réaménagées afin de les rendre plus accessibles. De 45 voies dans sa forme actuelle, le mur passera à une trentaine de voies. Ces voies sont normalement facilement identifiables par tout connaisseur, mais en ce moment, la lecture demeure difficile. Les prises seront enlevées et nettoyées, de nouvelles seront achetées, les voies seront reconfigurées et progressivement tout va changer. Les travaux devraient se faire pendant les heures de fermeture et être complétés à la mi-janvier. « Je pense qu’en ce moment, les grimpeurs ont fait le tour du mur parce que les voies n’ont pas été changées depuis un bon moment, estime Davidsen Jugnah. C’est pour ça qu’il faut les renouveler régulièrement afin de créer une dynamique différente à chaque mois. Il faut créer l’inédit. Mais il ne faut pas partir dans tous les sens. » Ce sont les moniteurs expérimentés qui créent les voies en ajustant les prises de façon à proposer une expérience bien personnelle à chaque grimpeur. De cette façon, la nouvelle configuration permettra de répondre aux besoins des grimpeurs expérimentés et d’attirer les jeunes qui fréquentent le Centre via les cours de la fin de semaine et les activités parascolaires. « L’intérêt grandit, mais reste très aléatoire, croit le directeur de la programmation. On ne pourra pas créer une grande communauté si on reste dans le même fonctionnement. Nos cours sont toujours pleins, l’intérêt reste là et c’est à nous de transformer cet engouement en pratique régulière et continue de l’escalade. » Ultimement, c'est toute la communauté de grimpeurs qui en sortira grandit, unie et augmentée.

Gérer son vertige

Beaucoup de gens croit à tort que l’escalade est intimement liée à l’absence de vertige. Pourtant, il existe des grimpeurs qui doivent contrôler leur peur des hauteurs. Philippe Loignon, moniteur responsable du mur d’escalade au Centre Multisports, figure parmi eux : « Ce n’est pas une question de temps, précise-t-il au sujet de la perte de vertige, c’est une question de chute. C’est de te laisser tomber dans le vide une couple de fois et de l’ancrer dans ton cerveau, de penser que c’est le fun plutôt que dangereux. Ça revient, ça repart, ça revient et ça repart, c’est un travail continu ». L’étudiant en génie de la construction avoue avoir choisi l’escalade lors de son passage au CÉGEP pour aller justement au-delà de ses peurs. Et ce qu’il a découvert n’est pas tant une activité sportive qu’un mode de vie. Car tout grimpeur vous le dira : l’escalade permet de faire le vide, une prise à la fois. « Quand tu es sur le mur, il n’y a vraiment rien d’autre qui se passe, témoigne Philippe Loignon. La vie arrête entre toi et la paroi. Que tu sois stressé, que ça aille bien ou mal, il n’y a rien d’autre que toi et le mur. Ça permet d’avoir un répit. » Quant au mur sur lequel il passe le plus souvent son temps de grimpeur, le jeune moniteur pense que la communauté créée autour de ce mur est ce qu’il y a de plus précieux : « Tout le monde se connait, affirme-t-il, tout le monde grimpe ensemble et souvent à l’extérieur. Tout le monde vient à se connaitre étroitement et c’est ce qu’il faut apprécier du Centre. » En attendant les nouveautés, les fidèles et les néophytes curieux peuvent grimper les soirs de semaine et les week-ends et tenter, une prise à la fois, d’atteindre un sommet propre à chaque grimpeur.

Patrick Richard

Les nouveautés

Parmi les nouveautés qui renouvèleront bientôt l’expérience du mur, nous retrouvons :

  • Une animation accrue, avec l’arrivée d’un moniteur responsable
  • Un auto assureur (permettant de grimper seul)
  • L’installation de nouveaux modules et de nouvelles prises
  • Un cours parent-enfant
  • Une tarification familiale
  • Un réaménagement des voies