Quel bel âge pour prévenir!

Représentant aujourd’hui près de 14 % de la population régionale, les jeunes de plus de 65 ans représenteront 23% de la population de Vaudreuil-Soulanges en 2036, soit une augmentation de près de 175 % en 20 ans! Où en est la prévention en santé individuelle avec cette vague de nouveaux sages qui déferlera sur notre région? Que peut faire dès aujourd’hui la future génération du bel âge pour prévenir les maux de demain tout en gardant leur corps et leur esprit vif?

Stimulation, stimulation, stimulation!

Pour éviter la dégénérescence des systèmes, rien de mieux que le principe de la surcharge positive. Je m’explique : tout système du corps humain soumis à un stimulus assez fort couplé avec une fréquence suffisante s’améliorera et ce, peu importe l’âge! Vous avez donc, avec l’entraînement et les stimulations qui y sont associées, le pouvoir de contrôler l’amélioration et/ou le maintien de toutes vos fonctions corporelles et cognitives, à votre rythme, agréablement et selon vos besoins.

Le cerveau dans tout ça

Formidable amalgame de circuits stratifiés d’une fascinante complexité, le cerveau réagit extrêmement bien aux nouveaux stimuli et maintient un potentiel d’adaptation élevé malgré l’âge. Malheureusement, il est trop souvent laissé pour compte dans bon nombre de programmes de conditionnement. Voici quelques facettes de ce qui peut être fait pour le stimuler.

Avec votre kinésiologue, vous pourrez faire des exercices stimulant la coordination œil/mouvement, ce qui vous permettra de rester vif en conduisant par exemple. Vous pourrez aussi faire un entraînement en situation de déséquilibre pour éviter les chutes dans le quotidien, ce qui vous mettra en confiance lors des déplacements, même en hiver.

Vous pourriez aussi stimuler votre cerveau avec des jeux de mémoire sur les appareils cardiovasculaires tout en marchant pour augmenter votre capacité d’attention à de multiples tâches, en état de fatigue, ce qui vous aidera à garder le focus lors de longues journées animées!

Ces exercices stimuleront et réactiveront les connexions synaptiques de votre cerveau tout en améliorant certaines fonctions très utiles dans votre quotidien comme la mémoire, l’équilibre et l’attention. Outre le fait d’avoir un esprit sain dans un corps sain, il y aurait même un fort bénéfice à entraîner son corps et son cerveau conjointement pour retarder l’apparition de maladies dégénératives qui s’y attaquent.

L’activité physique, même à mon âge?

Même si les membres de votre famille tendent à vouloir minimiser vos efforts et vos ardeurs (ce qui est typique), vous avez tout intérêt à faire l’inverse, que ce soit dans votre quotidien comme dans vos loisirs. En plus des avantages liés à la socialisation, la pratique d’activités physiques améliore systématiquement la capacité de mouvement articulaire, la masse musculaire et réduit considérablement les problématiques métaboliques, circulatoires et neurologiques liées au vieillissement.

Les fameux maux

Syndromes du vieillissement et pour certains, des excès passés, les douleurs de type arthrosiques ou même les problématiques liées au diabète ou d’ordre cardiovasculaire freinent bon nombre de gens âgés à la pratique d’activités physiques. Et si la recette secrète était le mouvement tout simplement? Si on oubliait les « bobos » et si nous nous concentrions sur l’être dans sa globalité en mode action/prévention?

Une certitude que nous avons est que l’activité physique et l’alimentation sont les meilleurs médicaments pour la majorité des conditions ci-dessus mentionnées et qu’il n’est jamais trop tard pour commencer. N’attendez surtout pas un incident, des douleurs, un affaissement postural ou même une perte de mobilité pour agir positivement sur vous. Le meilleur temps pour agir en prévention étant avant l’apparition des problématiques.

Bien guidés et en ayant du plaisir bien sûr, tous auront accès aux bénéfices de la mise en forme pour pouvoir vivre en santé et pour certains, pour suivre les petits-enfants le plus aisément et le plus longtemps possible!

Comme l’a dit en 1962 un certain John Fitzgerald Kennedy, « Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille. » Au plaisir de vous rencontrer au Centre!

David Forget B. Sc.
Kinésiologue