Depuis 2012, j’ai la chance de collaborer en tant que physiothérapeute avec l’équipe de football du cégep de Valleyfield, le Noir et Or. Après avoir remporté le Bol d’Or trois années consécutives (2012, 2013 et 2014), l’équipe était prête pour de nouveaux défis et a fait le bond en D2 lors de la saison 2015. Depuis, elle a participé à la demi-finale en 2015 ainsi qu’à la finale l’année dernière.

Tout d’abord, le rôle du physiothérapeute avec une équipe sportive nous permet d’enfiler plusieurs chapeaux et ainsi d’accomplir plusieurs fonctions auprès des athlètes et entraineurs.

Notre fonction première en situation d’entrainement ou de partie demeure celle de premier répondant. Les physiothérapeutes, thérapeutes du sport et autres intervenants présents sur les lignes de côté lors d’événements sportifs sont reconnus comme premiers répondants sportifs, et sont donc aptes à réagir rapidement pour gérer efficacement les situations potentiellement dangereuses qui pourraient survenir. On se doit donc de garder la tête froide avec notre jugement éclairé, malgré les émotions vives en cours de partie et les enjeux pouvant y être reliés. Notre priorité demeure la prise de décisions réfléchies quant à la sécurité de l’athlète. A-t-il besoin d’un transport en ambulance? Est-il apte à retourner au jeu? Quels sont les risques reliés à ces décisions? Dans différentes équipes, ces sujets peuvent mener à des débats houleux, mais au Noir et Or, j’ai la chance de travailler avec une équipe d’entraineurs extraordinaires qui comprennent et respectent les décisions médicales.

Mon rôle consiste aussi à gérer la réadaptation et le retour au jeu des athlètes qui seront malheureusement blessés en cours de saison. Le football étant un sport où le risque de blessures est très élevé, cet aspect occupe une grande partie du temps que je passe avec l’équipe.  Afin de minimiser le temps « hors service » (toujours en protégeant la sécurité des joueurs) et en collaboration avec les entraineurs, la réadaptation se fait sur plusieurs plans menés en parallèle : réadaptation spécifique de la blessure, maintien de la condition physique et des aptitudes athlétiques, réadaptation spécifique au sport et retour graduel à l’entrainement en équipe

La majorité du temps, le physiothérapeute se retrouve le seul professionnel de la santé présent au quotidien avec l’équipe. C’est donc à lui (avec l’aide d’un médecin au besoin) que revient la responsabilité de gérer les différents problèmes de santé pouvant survenir dans un contexte sportif, allant des coups de chaleur, aux épidémies de gastroentérite, en passant par le surentrainement et la mononucléose. Dans la majorité des cas, il s’agit d’être capable de détecter rapidement les athlètes ayant besoin d’un suivi plus poussé et de les diriger adéquatement vers une personne-ressource.

Avec le Noir et Or, j’ai aussi la chance de participer au volet de prévention des blessures. En collaboration avec le préparateur physique, les plans d’entrainement peuvent être adaptés durant la période de conditionnement physique hors-saison afin de cibler des déficits spécifiques chez certains athlètes. De plus, pour appuyer les entraineurs dans la gestion des commotions cérébrales, tous les joueurs passent en début d’année une évaluation présaison afin d’établir des comparatifs nous permettant de prendre des décisions plus éclairées concernant un retour au jeu sécuritaire.

Bref, collaborer avec une équipe sportive pose plein de défis stimulants dans un contexte différent de la pratique en clinique.

Clinique de médecine sportive AXIO Vaudreuil
450 319-1707