photo-marcher-sauve-vie10 000 pas pour la vie

Quand on inscrit les mots « 10 000 pas » dans l’outil de recherche Google, de nombreuses pages nous sont suggérées. Parmi les titres : Pourquoi faire 10 000 pas par jour, On va bouger et Faut-il vraiment faire 10 000 pas par jour. Sur recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé, ce concept invite la population à marcher 10 000 pas par jour afin d’être considéré comme une personne active. Si divers organisations, villes et pays à travers le monde en ont fait un leitmotiv, ici, dans Vaudreuil-Soulanges, l’idée a été reprise puis adaptée par le Comité d’action locale de Vaudreuil-Soulanges (CAL V-S) et portée par l’athlète Ahmed Douhou. Ce projet invite ainsi la population à bouger, que ce soit en faisant de la marche, du vélo, de la natation ou même du yoga!

Bouger ou mourir à petit feu

explique avec passion Ahmed Douhou. De façon générale, il semble admis que la population, dans ses diverses activités quotidiennes, marche de 5000 à 7500 pas. Il resterait donc environ 3000 pas à faire pour atteindre le chiffre magique, ce qui correspond à une marche d’une trentaine de minutes (ou à 60 minutes de yoga, 20 minutes de natation ou 30 minutes de ménage). À huit heures par jour assis derrière un bureau, nous sommes en train de nous tuer à petit feu, pense Ahmed Douhou :

« Avec 10 000 pas pour la vie, notre but est d’instaurer des programmes dans les entreprises, les écoles et les municipalités pour freiner ce problème de sédentarité. La seule chose thérapeutique simple, c’est de bouger, de marcher. Ça ne coûte pas cher, c’est pratique et on n’a pas besoin d’un entraîneur pour savoir quoi faire ».

Pour achever son argumentaire, Ahmed Douhou avance une statistique percutante à l’effet que la sédentarité tue chaque année 5,3 millions de personnes dans le monde, soit 300 000 personnes de plus que le tabagisme. De quoi faire réfléchir… et bouger!

Un partenariat avec le Centre

C’est d’ailleurs ce qui a convaincu Alain Belleville, directeur général du CAL V-S, de se prendre en main et d’adopter un mode de vie actif. Depuis mai, l’homme a cumulé 2 millions de pas en raison de sa marche quotidienne qu’il a su intégrer à un horaire chargé. Plus que quiconque, l’homme est convaincu de l’urgence de bouger et des menaces qui pèsent sur notre société si l’immobilité persiste. Parmi les idées avancées pour intégrer ces 10 000 pas à notre quotidien, Alain Belleville et Ahmed Douhou sensibilisent les gens sur le terrain, parlent aux élus et tissent des liens avec des projets comme celui d’Horizon 2035 afin que tous marchent à l’unisson :

« Avant, le CAL V-S était porteur d’activités, relate Alain Belleville. Maintenant, c’est le Centre. On le voit bien dans le projet Horizon 2035. L’union fait la force. »

Parmi les partenariats possibles, le CAL V-S entend identifier tous les groupes de marche de notre région et inviter les marcheurs solitaires à s’identifier auprès de leur ville afin de remettre à tous une carte 10 000 pas pour la vie qui leur permettra d’aller marcher au Centre Multisports durant l’hiver. Le monde municipal sera aussi sollicité par l’entremise des urbanistes afin de repenser les villes et villages pour que cyclistes et marcheurs puissent s’y déplacer aisément, ce qui n’est pas toujours évident dans un monde où l’auto agit encore comme maîtresse de la chaussée. Alain Belleville sent toutefois une volonté de changement avec des projets comme celui du boulevard Harwood récemment présenté par la Ville de Vaudreuil-Dorion.

Créer des environnements favorables

Parmi les autres environnements favorables mis en place pour inviter les gens à bouger, Ahmed Douhou mentionne le projet des panneaux signalétiques qui indiqueront, quand ils seront mis en place par les villes participantes, le temps de parcours d’un point A à un point B pour les marcheurs (plutôt que le kilométrage). À court et moyen termes, d’autres projets avec les écoles et les entreprises, dont certains au stade de projet pilote, verront également le jour. Mais aux yeux des principaux intéressés, le défi en est un d’éducation, de prévention et de changement d’habitude : « Avec l’approche traditionnelle, c’est “en ajout de”. Il ne faut plus que ce soit comme ça. Ça devient “intégré à”, illustre Alain Belleville. Sans t’en apercevoir, tu es actif en faisant tes activités quotidiennes. »

Lors de votre prochaine conversation téléphonique, parler en marchant, muni d’un compteur de pas, d’une montre iWatch ou d’une application de type Pacer pour téléphone intelligent. Vous verrez, les pas s’accumulent plus vite que l’on pense. Et les effets bénéfiques finissent invariablement par se manifester pour le bien-être de notre société.

Qui fait quoi

Le CAL V-S

10 000 pas pour la vie est un projet faisant partie du secteur du mode de vie physiquement actif, organisme qui existe depuis 2008. Sa création est le fruit d’une importante mobilisation des partenaires des secteurs scolaire, municipal et communautaire de Vaudreuil-Soulanges ayant comme objectif la mise en commun des différents constats reflétant la situation des jeunes de 0 à 24 ans sur le territoire de la MRC Vaudreuil-Soulanges avec en toile de fond la promotion des saines habitudes de vie.

photo-marcher-sauve-vie2Ahmed Douhou

Conférencier en motivation, consultant sportif, entrepreneur, olympien et bientôt auteur, Ahmed Douhou quitte la Côte d’Ivoire à 17 ans pour concourir 3 fois aux Jeux olympiques en athlétisme en portant les couleurs de la France. Il crée son entreprise (ADS) après l’obtention de sa citoyenneté canadienne. Son entreprise œuvre dans la promotion de l’activité physique, le conseil et le développement personnel. C’est lui qui chapeaute le projet 10 000 pas pour la vie. « Nous avons la chance d’avoir un athlète dans notre région », estime Alain Belleville à propos de celui qui a déjà remporté le Championnat du monde d’athlétisme à Paris au relais 4 x 400 mètres.

Alain Belleville

Directeur général du CAL V-S, Alain Belleville a la région de Vaudreuil-Soulanges tatouée sur le cœur, lui qui a transformé sa vie au cours de la dernière année. Ancien entraîneur professionnel de volleyball durant un quart de siècle, il termine sa carrière à Montpellier. De retour chez lui, il délaisse lentement sa vie active pour se tourner vers la gestion, assis le plus souvent à son bureau. L’an dernier, avec Ahmed Douhou, il se rend à Paris pour assister à un événement associé au projet 10 000 pas. « À Paris, j’étais incapable de marcher, raconte-t-il. Nous prenions toujours un taxi. Je pesais 300 livres ». À la suite du décès de sa mère à qui il promet de se prendre en main la veille de son décès, il entreprend un programme de remise en forme. Depuis mai, il a perdu 78 livres et marche quotidiennement 8 à 9 kilomètres, malgré un horaire de temps surchargé. « Je suis la preuve que ça fonctionne, explique le directeur. Même mon chien a perdu 13 livres! »