Les bienfaits de l’activité physique et des saines habitudes pour le moral

L’automne et le moral

Avez-vous déjà ressenti une baisse d’énergie à l’automne? Une perte d’intérêt pour quoi que ce soit? Ou encore une fatigue intense?  Mais qu’en est-il vraiment? Que pouvons-nous faire pour contrer l’effet que l’automne semble avoir sur notre moral?

Ce que certaines recherches démontrent

Les symptômes mentionnés précédemment peuvent être ceux de la déprime saisonnière, aussi appelé le trouble affectif saisonnier dans le DSM 5[1]. Il s’agit d’un type de dépression qui apparaîtra au même moment chaque année. En général, les symptômes débutent l’automne et se résorbent avec l’augmentation de lumière durant l’hiver ou l’été (http://www.iusmm.ca/sante-mentale/depression-saisonniere.html). Bien que les causes exactes ne soient pas connues pour le moment, nous savons que le manque de soleil et de lumière (vitamine D) est l’un des éléments à prendre en compte. De plus, plusieurs recherchent ont démontré qu’il existe un lien entre le temps passé dehors, la température ainsi que le moral[2].

Il a, entre autres, été démontré que les personnes ont habituellement une meilleure humeur, une meilleure mémoire et sont plus alertes cognitivement durant le printemps en comparaison avec l’automne. C’est lien semble s’expliquer par la belle température et le temps passé dehors notamment. D’autres recherches ont démontré que l’activité physique peut avoir un impact bénéfique pour le moral[3].

Il va de soi que les saines habitudes de vie ont un impact positif sur le bien-être global de la personne. Nous savons que : bien dormir, bien manger, bouger et avoir un bon réseau social sont des éléments de prévention pour garder un bon moral et une saine santé mentale. En diminuant notre stress nous pouvons également améliorer notre santé globale.

Vie active et en santé

La baisse de motivation est souvent une des raisons évoquées pour justifier notre bas niveau d’activité physique. En développant des objectifs clairs, en minimisant la comparaison avec les autres et en trouvant une activité qui nous intéresse, l’activité physique devient soudainement un plaisir plutôt qu’une obligation.

Il est vrai que nous parlons beaucoup plus de l’importance de l’activité physique aujourd’hui que nous le faisions quelques années auparavant. Nous en parlons même souvent avec une forme de stress, voire de justification lorsque nous n’arrivons pas à en faire suffisamment ou lorsque nous nous comparons avec d’autres. Il ne faut toutefois pas oublier que notre premier devoir est envers nous-même. Nous devons bouger, faire des activités physiques, faire du sport, pour nous et non pour les autres. La notion de plaisir est fondamentale dans la persévérance de notre activité et également pour notre humeur.

Bref, le changement de saison, la diminution des heures ensoleillées, la baisse de température et j’en passe sont tous des raisons qui nous poussent à parfois diminuer nos activités. Ces raisons sont également des éléments qui peuvent avoir un impact sur notre humeur, mais nous pouvons changer cet effet en commençant à nous donner des objectifs clairs et y aller, une journée à la fois, en choisissant une activité que nous aimons et de la faire pour soi.

«La motivation vous fait commencer, mais c’est l’habitude qui vous fait continuer.» – Jim Ryun, athlète et homme politique Américain.

 

Maxime Chevrier

Maxime Chevrier est consultant en psychologie sportive, enseignant en psychologie, auteur ainsi que conférencier. Diplômé de l’UQTR en psychologie, Maxime s’est également spécialisé dans l’entraînement cognitif ainsi qu’en gestion des commotions cérébrales. Il est d’ailleurs l’un des rares au Canada à avoir la formation avancée concernant le NeuroTracker, outil cognitif, qui peut notamment être bénéfique pour les athlètes, la gestion des commotions cérébrales ainsi que comme outils pour le TDAH. La feuille de route de Maxime est bien remplie et reconnu grâce à ses nombreuses années d’expérience dans le domaine, qui ont bénéficié de nombreuses fois à plusieurs jeunes, athlètes amateurs, professionnels et olympiques. Que ce soit pour la préparation mentale, la gestion du stress ou autres, Maxime aide les athlètes à atteindre leur plein potentiel et à performer à leur plus haut niveau. Maxime est aussi le co-auteur du livre intitulé « Psychopathologie : Une approche intégrée », publié en 2011 et réédité en 2017, qui est utilisé dans les curriculums de plusieurs collèges et universités.

 

[1] Le DSM-5 est, en février 2018, la dernière et cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association Américaine de Psychiatrie. Publié aux États-Unis, le 18 mai 2013, il remplace l’édition précédente, datant de 2000, après consultation, révision et préparation.
[2] A Warm Heart and a Clear Head, The Contingent Effects of Weather on Mood and Cognition, Matthew C. KellerBarbara L. et al. 2005.
[3] Lichtman S, Poser EG. The effects of exercise on mood and cognitive functioning. J Psychosom Res 1983; 27: 43–52.